La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

MON TRUC EN +
Les dessus et dessous - chic - d'un virus, par Kévin Gagneul
Dernier Billet
Non classé | 23.01.2010 - 10 h 40 | 10 COMMENTAIRES
La parole est d’argent et le silence est de mort.

Il n’était pas dans mon intention d’utiliser ce blog pour des réactions « à chaud ». La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Au début de l’épidémie de sida, au delà de la maladie en elle-même, un autre fléau est survenu : l’indifférence.

Une vraie bombe sociale.

Les amis de mes amis sont tombés comme des mouches. Après leur décès, ceux-ci ont voulu leur rendre hommage. C’était sans compter sur les familles des défunts qui en gardien du temple de la mémoire de leurs enfants ne voulaient pas que la séropositivité de ceux-ci soit connue. Recalés au deuxième, troisième voire dernier rang lors des funérailles… quand ils avaient le droit d’être là. Des « tolérés ». Nombre de conjoints qui avaient commencé depuis peu ou depuis des années une vie commune se sont du jour au lendemain retrouvés à la rue. Des situations humainement inacceptables qui ont transformé des deuils en rage.

Le sida révélateur social.

A partir de là, il n’était plus question de lutter uniquement pour que les malades ne soient plus des morts en devenir, mais bien de faire prendre conscience aux gens de la situation que pouvait vivre une partie des membres de la communauté nationale, principalement des homosexuels à l’époque. Un mouvement militant allait naître de cette rage.

Un bond de 20 ans en arrière.

Depuis quelques jours en France, deux personnalités séropositives sont mortes. Le traitement médiatique autour de leur mort ont été diamétralement opposé. Elles ne sont visiblement pas mortes du sida, comme le veut la doctrine médicale à ce jour, mais il est clair que la présence du vih ne fut pas un bien à leur état de santé… mais là, je m’avance beaucoup sans connaître les tenants et aboutissants qui tiennent au droit -légitime- du secret médical. Il n’en demeure pas moins, ils étaient séropositifs.

Quand Mano Solo est mort, j’étais en deuil.

Je me suis reconnu en lui, en me demandant si moi aussi un jour j’allais faire une rupture d’anévrisme, les traitements étant certes efficaces mais lourds de conséquences sur le bon fonctionnement normal de mon corps, il m’est très vite apparu qu’un jour, un truc clocherait. Il fallait m’y préparer. Le deuil passé, j’ai repris mon calme et me suis dis qu’il n’était peut-être pas encore utile de me pourrir l’esprit.

Quand Daniel Ben Said est mort, j’étais en rage.

Je me suis rappelé de ce que mes amis plus âgés m’avaient raconté. Au mieux je prenais ça pour une légende urbaine, au pire comme une histoire de vieilles grands-mères normandes qui me parlaient de temps ancestraux, et qui vraiment parfois radotaient un peu trop. En 2010 nous pouvons encore mourir d’une « longue maladie ». J’enrage!

Un jour je vais mourir aussi.

Ces deux décès m’ont rappelé que moi aussi je devrai mourir, d’une longue maladie ou bien écrasé par un automobiliste en retard pour le diner préparé par sa femme. Il n’en demeure pas moins que dans les deux cas, je serais toujours séropositif. Le décès d’un être cher (ou en solde) est toujours un moment difficile qui n’ouvre pas forcément aux comportement les plus rationnels. J’ai eu a vivre moi même un décès familial très douloureux, celui de mon grand-père. Il est lui aussi mort d’une très longue maladie, entouré des gens qu’il aimait, mais dans une -presque- indignité. Il souffrait le martyr. Il avait pris des dispositions écrites, ma grand-mère a jugé bon de ne pas toutes les suivre. Preuve qu’il n’est pas forcément bon de laisser le soin aux vivants de s’occuper de « votre après ». Maitriser le présent est déjà suffisamment difficile.

Devenir, vivre et mourir séropositif, compte tenu de la situation de la maladie, donne presque implicitement des devoirs particuliers aux malades et à son entourage, celui d’assumer la maladie, au moins quand survient la mort. Comment faire de la prévention concernant une maladie qui n’est jamais nommée.

Je sais bien que cela peut paraître choquant, mais je l’assume. Je fais de facto parti d’une « communauté de destin » qui a eu un passé, qui a un présent et qui nous le souhaitons tous aura un avenir… Il m’est insupportable d’imaginer que si j’avais un entourage familial hostile à ma maladie, mes compagnons de route ne puissent pas haut et fort crier que j’étais séropositif. Il est compréhensible pour une personne de son vivant de ne pas faire état de sa maladie. Elle implique encore trop de difficultés.

Mais de le dire après, pour lui, n’est ce pas rendre justice?

Dans un monde où le politiquement correct est de mise, il est à craindre qu’un jour, nous ne dirons plus que tel ou tel est mort « d’une longue maladie », mais simplement « avec un truc en + ».

LES réactions (10)
La parole est d’argent et le silence est de mort.
  • Par Clémence 23 Jan 2010 - 11 H 35

    « Il est mort d’une longue maladie » et s’il était mort d’un cancer, on aurait dit la même chose? Non!!! on aurait dit « Il est mort d’un cancer! » il serait devenu martir d’une maladie non honteuse! Mourir du VIH/Sida n’est pas une honte… Ca me rappelle les enterrements dans les années 80 où les amis du décedé n’avions pas le droit à la parole… Je me rappelles le jour où un de mes meilleurs amis est mort du Vih, j’ai été convoqué par ma famille et la famille du mort pour me dire « ne dis pas qu’il est mort du Vih!! ce serait une honte pour la famille qu’on le sache! ». Continuons à nous battre pour briser le silence… pour la memoire de ce qui sont déjà partis et pour la dignité de ce qui sont là.

     
  • Par Kassandre* 23 Jan 2010 - 13 H 35

    j’aime beaucoup ce post, il concentre tout un tas de thématiques que j’affectionne particulièrement.
    Continues « grand » c’est de mieux en mieux !
    Enfin un séropositif qui ne s’entretien pas dans le déni ! Enfin un séropositif qui rappel aussi que ce déni est aussi due a une forme de pression sociale et de serophobie…
    vas y fonce !

     
  • Par Phil86 23 Jan 2010 - 17 H 51

    bonjour Kevin, je voudrais savoir si tu m’autorises à reproduire ton texte, en te citant comme auteur bien sûr et en ajoutant le lien vers cette page, sur mon blog ?

    Solidairement.

     
  • Par Geoffroy 25 Jan 2010 - 15 H 19

    Ca a le mérite d’être clair… Et ça remet bien les idées en place, c’qui n’fait pas de mal 🙂
    Merci Kevin.

     
  • Par nigloo 26 Jan 2010 - 21 H 18

    Le « truc en + » est une maladie comme une autre, alors mort pour mort, ça ne change pas grand chose…..

     
  • Par Kévin Gagneul 27 Jan 2010 - 10 H 06

    Justement non, les morts ne se ressemblent pas.
    Il y a encore des maladies honteuses, des morts honteux…
    Ne pas parler du vih c’est le rendre plus fort, tant qu’il n’existe pas publiquement, pourquoi devrions nous faire de la prévention?

    En parler sans saouler, rationnaliser sans occulter et informer sans imposer.

     
  • Par nigloo 30 Jan 2010 - 9 H 54

    En parler, certainement, mais tu vois, défois je trouve qu’on en parle « trop », enfin qu’on rentre un peu trop dans les « détails », surtout quand on décrit avec précision dans les médias les effets que peuvent avoir les traitements sur le visages des personnes atteintes . Est-ce nécessaire d’ajouter de la douleur à ceux qui vivent déjà très mal la maladie. Tout le monde ne vit pas »anonyme » dans des grandes métropoles, essaie d’imaginer la vies des « malades » dans les campagnes…
    C’est compliqué….

     
  • Par D. 07 Fév 2010 - 12 H 56

    Si je ne parle pas…

    Qui a vécu ma vie?
    Qui sera enterré?
    Suis-je pas la déjà morte et oublié,
    même sans je décédai?

    Une femme qui vit « avec ce truc en + » depuis ’87

     
  • Par Vlad 23 Fév 2010 - 9 H 55

    Rien depuis le 23 janvier?
    Où êtes-vous Kevin? Je viens de découvrir votre blog et votre prose me manque déjà.

    Amicalement,

    Vlad.

     
  • Par MisterBitch 02 Mar 2010 - 9 H 55

    Tres bonne ecriture, Beau temoignage, Beau blog ! Bravo pour ton combat! Merci de lassumer . Cela va permettre a DES gens de comprendre. Bisou.
    MisterBitch

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Non classé | 11 h 00 | 0 COMMENTAIRE
    Non classé | 11 h 50 | 3 COMMENTAIRES
    Non classé | 4 h 32 | 2 COMMENTAIRES
    Non classé | 2 h 52 | 19 COMMENTAIRES
    Non classé | 10 h 23 | 95 COMMENTAIRES
    Non classé | 6 h 56 | 30 COMMENTAIRES
    Non classé | 2 h 03 | 5 COMMENTAIRES
    Publicité